Les entrepreneurs en faillite ne seront plus fichés à la banque de France. Il était temps de cesser d’infliger la double peine à ceux qui victimes d’un contexte économique ou  d’une concurrence déloyale, voir simplement d’un défaut de gestion se voyaient empêcher de disposer d’un compte bancaire. Pire ! Ils se retrouvaient souvent interdit de gestion ce qui les mettaient dans l’obligation de faire appelle a des « prêtes noms » pour reprendre une activité économique. Pour certain c’était même 10 d’interdiction de gestion ! Dans d’autres pays la faillite est vue comme une expérience ici c’est la stigmatisation de l’échec. Des lois mises en place et appliquées durement par des institutions dont ceux qui en on pensé les rouages n’ont jamais approché le monde de l’entreprise autrement qu’en y créant des charges et des pièges dans lesquels se perdent les énergies entrepreneuriales. Une cordelette est enfin lancée au font de la douve dans laquelle s’ébrouent les petits patrons, en espérant que les plus désespérés ne s’en servent pas pour une autre destination.